Loading ...
zurück

Durant la conférence annuelle de la Société allemande d'orthodontie (Deutschen Gesellschaft für Kieferorthopädie (DGKFO)) organisée à Mannheim, nous avons pu, en coopération avec le Dr. Chhatwani (Lüdenscheid), présenter nos nouveaux résultats de recherche.

 

Le déplacement de condyles entre l'occlusion habituelle et centrée dans le cas de patients souffrant de symptômes craniomandibulaires

Chhatwani S, Gebhardt PF, Chhatwani B

 

OBJECTIF

Dans cette étude, il a été déterminé sur 26 patients présentant des symptômes craniomandibulaires, et 17 patients asymptomatiques, un déplacement des condyles entre un rapport occlusal en occlusion habituelle et une position centrée, afin de vérifier si la position des condyles peut avoir une influence sur l'étiologie d'une maladie craniomandibulaire.

 

MATÉRIAUX ET MÉTHODES

Sur 43 patients (26 étant symptomatiques d'une maladie craniomandibulaire et 17 asymptomatiques) ont été établis des modèles diagnostiques, une empreinte d'occlusion habituelle et une morsure « Power Centric », selon les travaux de Roth.

Un diagnostic fonctionnel de l'appareil manducateur a été réalisé sur l'ensemble des patients. Ceux ne présentant pas de douleurs de l'appareil manducateur, ou de l'articulation temporo-mandibulaire, ont été classés dans la catégorie du groupe asymptomatique. Les patients souffrant d'une maladie craniomandibulaire ont été calculés sur la base d'un pool de patients, qui se sont présentés d'eux-mêmes dans notre cabinet médical, en raison d'un symptôme d'une maladie craniomandibulaire. Les patients ne présentant pas de douleurs, et uniquement un craquement isolé, ont été exclus de ce groupe.

Après une transmission arbitraire de l'axe d'articulation au moyen d'un arc facial, la mâchoire inférieure et supérieure ont été montées sur un articulateur au moyen d'une occlusion centrée. Le déplacement des condyles a été enregistré avec un indicateur de position mandibulaire. Des modifications sagittales et horizontales ont été respectivement transmises pour le côté gauche et droit, ainsi que le déplacement transversal des deux condyles.

 

RÉSULTATS

Le nombre de patients présentant un déplacement transversal supérieur à 0,5mm est significativement plus élevé dans la groupe symptomatique (62%) que dans le groupe contrôle (12%).

Il n'existe aucune différence significative dans les modifications sagittales et horizontales pour chaque condyle du côté gauche et droit.

 

CONCLUSION

Chez les patients symptomatiques et asymptomatiques d'une maladie craniomandibulaire, il existe une différence significative dans un déplacement transversal de condyles entre l'occlusion habituelle et centrée. Cette observation montre que la position du condyle peut influencer l'apparition d'une maladie craniomandibulaire - mais n'exclut pas une adaptation individuelle du patient. Le décalage transversal n'est pas constaté sur les modèles portables.

zurück